Image principale
Histoire des référendums en Nouvelle-Calédonie

Référendums : tout a commencé en 1958 !

Tags
Référendum
Commune associée
Nouvelle - Calédonie
Lundi 29 octobre 2018 - 09:30
Les Calédoniens sont invités à se prononcer le 4 novembre sur l'accession du pays à la pleine souveraineté. Mais y-a t-il déjà eu des référendums en Nouvelle-Calédonie ?
Oui, c'est même la cinquième fois que nous allons pouvoir nous exprimer de la sorte.

 

Contenu structuré

Le référendum de 1958

Le premier référendum en Nouvelle-Calédonie a eu lieu le 28 septembre 1958 à l'initiative du Général de Gaulle.

Il s'agit alors pour les Calédoniens, au même titre que les Métropolitains, de voter pour ou contre la nouvelle Constitution, qui va servir de base à la Vrépublique. Pour les ultra-marins, il y a un autre enjeu : si les colonies françaises votent non, elles deviendront immédiatement indépendantes.

Le oui l'emporte à 80%. C'est la première fois que les Kanak participent à un scrutin.

Taille de la boîte
4
8
Les bulletins du référendum du 28 septembre 1958
Les bulletins de vote du référendum de 1958

Le référendum de 1987

Le deuxième référendum a lieu le 13 septembre 1987 : c'est le premier référendum d'autodétermination qui se solde par un non à 98%... mais le FLNKS avait appelé au boycott dans la mesure où il suffisait de se prévaloir de 3 ans de résidence pour pouvoir voter : le scrutin ne reflète donc l'opinion que d'une partie de la population.

Taille de la boîte
6

Le référendum de 1988

Le 6 novembre 1988, c'est à nouveau la France entière et la Nouvelle-Calédonie, qui s'expriment par référendum pour entériner, ou non, les accords de Matignon-Oudinot. La question est plutôt alambiquée : "Approuvez-vous le projet de loi soumis au peuple français par le Président de la République et portant dispositions statutaires et préparatoires à l'autodétermination de la Nouvelle-Calédonie ?"

Le oui l'emporte de justesse à 57%. En Calédonie, le sud a voté majoritairement non.

Taille de la boîte
6
6
Les signataires des accords d'Oudinot le 20 août 1988, venus compléter les accords de Matignon signés deux mois plus tôt. On remarque la présence de Louis Le Pensec, ministre des DOM-TOM à la droite du Premier ministre Michel Rocard.
Les accords d'Oudinot
4
Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou échangent une poignée de mains historique le 26 juin 1988, quelques heures avant la signature officielle des accords de Matignon.
Lafleur et Tjibaou

Le référendum de 1998

Le dernier référendum s'est déroulé le 8 novembre 1998. Il s'agissait pour les Calédoniens de ratifier l'Accord de Nouméa. Cette fois-ci, le oui l'a emporté largement à 71%. Le concept du vivre ensemble a commencé à porter ses fruits.

Taille de la boîte
4
8
Fin des négociations préalables à la signature de l'Accord de Nouméa le 20 avril 1998. On remarque à l'extrême droite notre actuel Haut-Commissaire Thierry Lataste. L'Accord de Nouméa sera officiellement signé le 5 mai en présence du Premier ministre Lionel Jospin.
Accord de Nouméa

De plus en plus d'électeurs

Ces quatre référendums ont vu le nombre d'électeurs inscrits augmenter de façon régulière : de 35 197 en 1958, il est passé à 85 200 en 1987, 89 090 en 1988 et 106 698 en 1998. Le scrutin du 4 novembre sera ouvert à 174 574 électeurs.

Taille de la boîte
4
6
Évolution du nombre d'électeurs

Ces référendums qui n'ont pas eu lieu...

Si la Nouvelle-Calédonie a déjà participé à quatre référendums, il est intéressant de se souvenir de ceux qui ont été promis mais n'ont pas eu lieu.

Taille de la boîte
12

Le 7 janvier 1985, Edgard Pisani, fraîchement nommé Haut-Commissaire et délégué du gouvernement, présente à la population calédonienne sa solution pour l'avenir du pays : c'est "l'indépendance-association". Dans ce cadre, il propose un référendum d'autodétermination qui se tiendra en juillet 1985 et permettra aux électeurs de se prononcer soit pour le maintien du statut actuel, soit pour la constitution de la Calédonie en un état indépendant associé à la France. Si les Calédoniens optent pour cette dernière hypothèse, le représentant de l'État assure alors que l'indépendance pourrait être proclamée dès janvier 1986. Le référendum Pisani n'aura finalement pas lieu et sera remplacé par ce qu'on pourrait appeler le référendum Fabius qui s'est tenu en septembre 1987 et dont le résultat sera entâché par le boycott du FLNKS.

Taille de la boîte
8
Taille de la boîte
4
ID vidéo youtube
MjGMKmmExA8

Le "référendum pour les nuls" - Qu'est-ce que l'indépendance association?

21-10-2018

Autre référendum promis par les politiques : celui prévu par les accords de Matignon-Oudinot, qui devait mettre un terme à un processus de décolonisation de dix ans et qui n'aura finalement pas lieu. Pour éviter ce que l'on appelle alors le référendum couperet, Jacques Lafleur propose en effet en 1991 de réfléchir à une solution consensuelle qui débouchera, sept ans plus tard, sur la signature d'un nouvel accord : l'Accord de Nouméa. Un accord qui prévoit lui trois référendums dans l'hypothèse où les deux premiers se solderaient par une majorité en faveur du maintien de la Calédonie dans la France.

Taille de la boîte
12
Image principale

Devenir végétarien au Pays du cerf et de la crevette !

Vendredi 15 mars 2019 - 09:15
Image principale

Le changement climatique, déjà visible en Nouvelle-Calédonie

Mercredi 13 mars 2019 - 11:58
Image principale

Bénévolat, une aide précieuse

Lundi 11 mars 2019 - 16:57